Histoire du Mazet-Saint-Voy

Le Mazet-Saint-Voy en Haute-Loire, non loin du Chambon-sur-Lignon et de Saint-Agrève. Photos et articles d'histoire sur la commune et les environs.

19-10-08

Lucien Mathieu, La paroisse de Saint-Voy

img657

Lucien Mathieu (1904-1979) a publié en 1976 un livre d’histoire locale sur « la paroisse de Saint-Voy de Bonas ». Il y décrit des villages à la limite de l’Ardèche et de la Haute-Loire.

L’auteur précise sur la couverture qu’il est docteur. Dans les lettres de Lucien (années 1950), le titre se fait plus précis : « médecin phtisiologue, agréé des services publics » (il demeurait à Mâcon).

Les pages 10 et 17 précisent que ce livre utilise les notes de son cousin germain Paul Cachard (1881-1956). Celui-ci était professeur de sciences naturelles dans un lycée du Puy.

Les manuels consultés par Paul Cachard datent de la fin du XIXe siècle et du début du siècle suivant alors que Lucien Mathieu publie en 1976. Sur certains points, la brochure a vieilli. Destin inévitable.

Sur l’apparition locale du protestantisme, Christian Maillebouis apporte des informations nouvelles dans un article des Cahiers de la Haute-Loire. Néanmoins les pages de Lucien Mathieu restent utiles. Ses descriptions de la féodalité, du régime agraire et des fermes offrent de précieux éclairages (pages 17 et 61).

Cette brochure lui valut une notoriété méritée. Il est cité dans plusieurs ouvrages (ceux de Gérard Bollon, Christian Maillebouis...). Ses livres font l’objet de retirages au profit de l’église de Saint-Voy.

Les confidences de lucien mathieu

L’écriture mélange analyses historiques et idées personnelles. Dans son introduction, A. Marion le remarque : « Visiblement, le docteur Mathieu est un homme engagé : sans doute par fidélité à son ascendance [...] et aussi par ses choix personnels ».

Cet engagement tourne autour de plusieurs points.

1) Le livre est dédié « à la mémoire de nos ancêtres ». Tout à fait sympathique, à condition de ne pas s’enfermer dans le culte du passé.

2) Lucien veut exprimer son attachement pour sa belle région. Il parle des bois du Lizieux (page 9), du paysage vallonné etc.

Il affirme que le « pays rude a façonné le caractère de ses habitants ». Nous ne sommes guère étonnés en apprenant que ceux-ci font preuve à la fois de réserve et d’hospitalité (p. 10). Ils sont « durs à la peine, tenaces, prêts à tous les sacrifices » (p. 65). Ils ont à la fois du « goût pour la plaisanterie et un certain humour » (p. 10).

3) Ce livre est inspiré par des convictions chrétiennes.

Le but de l’ouvrage consiste à rassembler des fonds pour sauver de la ruine l’église de Saint-Voy et en faire un site oecuménique.

L’exergue fait allusion à « la faim de Dieu » qui animait les habitants du Plateau. Les premières lignes décrivent un rocher appelé « Moïse » par l’habitude familiale, elles font référence à la Bible, au « combat pour la foi » etc.

Ce faisant, l’auteur attribue au facteur religieux une importance démesurée. La description du protestantisme du XIXe siècle occupe la moitié du livre (pages 61 à 155). Sur cette période il y a peu de remarques sur la vie économique.

La conclusion lance un appel au renouvellement de la foi (page 181). Lucien Mathieu prêche en faveur de l’oecuménisme entre catholiques et protestants. A la fin, il décrit de façon personnelle l’évolution religieuse depuis 1945. Il consacre plusieurs lignes (page 169) au mouvement de Taizé qu’il admirait. Il écrit courageusement un chapitre sur le catholicisme et fait l’éloge de Vatican II (page 165) alors que les habitants du Mazet étaient tous protestants.

4) Quatrième subjectivité : Lucien nous fait des confidences émouvantes sur le cimetière familial du Riou (page 40) et les cultes de son enfance (page 119).

rapports entre science et subjectivitÉ 

Finalement, pourquoi écrit-on ? Publier apporte un prestige, une notoriété, une influence.

C’est aussi une création artistique, un plaisir, un partage, un don.

Cette offrande n’est complète que si l’histoire en tant que discipline se montre en même temps subjective et objective. Engagée à condition de demeurer rigoureuse. La subjectivité n’est pas contradictoire avec la rigueur intellectuelle et les deux peuvent s’emboîter.


Commentaires

    il serait juste de dire que l'église de saint-voy, plus précisément la toiture à été faite par M.EXBRAYAT gracieusement ce qui a sauvée cet étonnante église "oeucuménique".

    Posté par lioury, 17-12-09 à 20:29
  • Notre bibliothèque possède le second tirage du livre du Docteur Lucien Mathieu. Au dos de la page de titre est indiqué : Ce second tirage est fait en souvenir de l'auteur de l'ouvrage, le docteur L. Mathieu qui nous a quittés brutalement le 7 décembre 1976.
    La date de décès est donc 1976 et non 1979 comme indiqué ci-dessus.

    Posté par Griffon, 24-09-14 à 17:13

Poster un commentaire







Remonter (pour la page suivante, cf + haut)